Rentrée scolaire pour les jeunes réfugiés Syriens

201509151921-full

Première journée d’école pour les enfants réfugiés de guerre./ DDM

Cinquante-sept enfants, issus des 45 familles de réfugiés Syriens installées depuis peu dans un immeuble vétuste des Izards, ont été scolarisés depuis hier en urgence dans diverses écoles du quartier. Ces gamins manquant évidemment de tout, l’association «Solidarity Union», basée à Launaguet, leur a fourni le matériel nécessaire après un étonnant mouvement de solidarité. «Nous avons appris leur présence par hasard, précise Mourad Guernoug, un membre actif de cette structure née d’une relation de voisinage. Au début, nous leur portions de la nourriture, puis quelques produits de première nécessité, pour se laver, des vêtements, etc. Ils sont rentrés dans un immeuble vide après avoir quitté leur pays en abandonnant tout derrière eux». C’est ainsi que dimanche en fin d’après-midi, les volontaires de l’association ont pu apporter aux familles trousses, cartables, crayons, cahiers et autres fournitures indispensables à une scolarité normale. La distribution a eu lieu dans le calme et la bonne humeur, les parents étant ravis de cette aide inespérée et les enfants n’en revenant pas d’être équipés de pied en cap avec du matériel neuf ou en parfait état.

Bouzid Boutouba, président de la jeune association, est plus pragmatique. «Nous effectuons d’abord un recensement des besoins, avant de faire une distribution équitable, selon les nécessités de chacun. En temps normal, nous effectuons des maraudes pour les SDF, nous faisons surtout de la solidarité de voisinage. Mais là, nous n’avons pu que réagir devant le dénuement de ces familles». Et de préciser que leur action n’est «qu’humaniste, en aucun cas guidée par des motifs politiques ou religieux».

Grâce à la réactivité d’internet, l’élan d’aide s’est rapidement emballé pour l’association. Une «cagnotte en ligne» a même été créée pour l’occasion. Au niveau local, bien entendu, mais également de la part de gens touchés part la situation de ces migrants. Un architecte Bordelais a ainsi fait le voyage pour apporter sa pierre à l’édifice, ainsi que des gens de Nîmes ou d’autres villes où l’on n’aperçoit ces Syriens qu’à travers l’écran de son téléviseur… Hier, donc, c’est sous le regard de Pascal Mailhos, Préfet de région, que ces enfants ont pu pour la première fois intégrer une école française…

Facebook : Association Solidarity Union

Rens : 09 51 92 68 24

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur votre compte...